Equilibre forêt-gibier

Le rôle de l'élu

Les élus forestiers, en tant que propréiatires forestiers et aménageurs du territoire, doivent chercher une grande faune variée en n’hypothéquant pas les objectifs de production de leurs forêts et participer ainsi à la préservation de l’environnement et de la biodiversité.

 

L'équilibre forêt-gibier

L’équilibre agro-sylvo-cynégétique consiste à rendre compatibles, d’une part la présence durable d’une faune sauvage variée et d’autre part, la pérennité et la rentabilité économiques des activités agricoles et sylvicoles. L’équilibre forêt-gibier correspond à une population optimale de gibier, vivant dans de bonnes conditions sanitaires et sociales en ne portant pas atteinte au milieu forestier qui peut ainsi se renouveler sans surcoût (sans protection par exemple).

Un déséquilibre trop important compromet l’avenir de la forêt. Il devient nécessaire de protéger les plants ou de clôturer des parcelles pour assurer le renouvellement de la forêt. La difficulté à renouveler les peuplements arrivés à maturité conduit souvent à ralentir le rythme des régénérations. L’impact financier existe donc à court terme et à long terme.

En cas de problème d’équilibre forêt-gibier, il peut s’avérer utile d’engager une réflexion globale lors de la relocation des baux de chasse en prenant en compte le mode de location, les modes de chasse, la superficie des lots s’il y a lieu, le nombre de fusils et les jours de chasse. Une commune peut réaliser la demande de plan de chasse, si cela est prévu dans les clauses du cahier des charges, et notifier un plan de chasse délégué que le locataire sera tenu de respecter.

 

TOP